samedi 22 mars 2008

Chasse du 22 mars 2008


Les prévisions avec BTF donnaient à l’est de Manosque (dpt 04). J’ai donc décidé d’y aller .
Départ de la chasse au nord d’Aix en Provence. 13h20 au 320 degrés plein pot .
Au bout d’un moment, voyant que ça restait dans la même direction, je décide de monter au nord vers Pertuis car visiblement l’élévation de l’antenne n’est pas très haute, je veux donc me rapprocher .
13h40 au 325, le ballon reste dans le même azimut un moment puis redescend au sud.
14h53 au 285, éclatement (très net).
14h15, le ballon remonte nettement au nord (355). Je décide de bouger vers le nord puis l’est en direction de Manosque (point de chute prévu) . Avant d’arriver sur Manosque, un nouveau point m’indique que je suis derière la RS, je la reçois au 40 un bon 57, puis 10 mn après elle vire au 100 degrés. Plus de temps à perdre, le secteur est très vallonné et très boisé. Je file vers Manosque tout en l’écoutant dans la voiture avec antenne sur le toit. Rapidement je la perds. Plus rien . Qu’à cela ne tienne, la technique est bien rodée, je me fie donc à mon dernier relevé qui m’indique 100°. Je trace sur la carte . Ca m’oblige à traverser la Durance et à monter sur un grand et large plateau appelé « plateau de Valensole ». Je n’ai rien entendu depuis 50mn mais je sais qu’il me faut trouver une petite hauteur sur le plateau vallonné pour espérer récupérer un signal. C’est chose faite à 16h , il me faut aller au nord-est. J’arrive dans un petit village appelé Valensole et là, je recommence à avoir un signal dans le véhicule.
En sortant du village vers le sud, le signal s’amplifie sur un chemin large qui mène à une bergerie . C’est au bord de ce chemin dans un vallon montant que je trouve la RS, son parachute rouge et les restes du ballon… 
05.jpg
Conclusion
La sortie d’aujourd’hui était importante pour moi car je voulais savoir si ma technique de recherche était fiable, technique qui consiste à suivre la RS en étant de préférence sur le coté et plutôt derrière. Donc ne pas aller trop vite en la pourchassant. Elle consiste également à écouter dans la voiture et, dès que le signal devient presque inaudible, s’arrêter et prendre le dernier relevé, se diriger vers ce cap jusqu’à ré-entendre un signal (si besoin est : trouver une petite hauteur). C’est la troisième fois que j’utilise cette méthode qui a l’air de fonctionner.
Pour finir, j’ai eu beaucoup de chance car l’endroit est très boisé et les collines sont difficilement accessibles (sous-bois très dense ! ) Heureusement qu’elle s’est posée en bordure de chemin…